Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 17:32

Aina (vie)  Bakoly (poupée)  Fanja (bourgeon)  Feno (complet - e)  Hanitra (parfum)
Haingo (décor)  Lalao (jeu)  Malala (aimée)  Mamy (doux-douce)  Nirina (désiré-e)
Nivo (benjamine)  Noro (petite vie)  Ony (fleuve)  Ravaka (parure)  Rojo (collier)
Rondro (le surplus)  Sahondra (fleur d'aloès)  Sariaka (ravissante) Soa (belle)
Tiana (aimé -e) 
Velo (la vie)  Vero (citronelle) Voahirana (fleur de nénuphar)
Voahangy (perle) Vola (argent)

 

Andry (pillier)  Ando (rosée)  Antsiva (coquillage) Benja (cadet)  Faly (heureux)
Faneva (symbole) Fanilo (lanterne) Fanomezana (grâce)  Fidy (élu) Haja (respect)
Hasina (sacré)  Hery (force)  Iary (créateur) Lalaina (aimé-e)  Naivo (cadet)  Njaka (celui qui règne)  Solo (remplacement)  Solofo (descendant)  Tahina (protégé)  Tahiry (tresor)
Tovo (jeune)  Tsiky (sourire)  Zo (droit)

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 18:51

La cuisine malgache est à base de riz.

Quelques plats réputés:

Le ravitoto : feuilles de manioc pillées mélangées à la viande de porc

Le romazava : pot au feu avec de la viande de zébu

 

A savourer également les masikita (brochettes de zébu grillées), les sambos,les cuisses de nymphe, les fruits de mer et les fruits tropicaux (mangues, papayes, fruits de la passion, corossol, letchis, etc...)

 

Les ANANA = les brèdes

Ce sont des feuilles ou plantes "bonnes à manger" (les brèdes).

Le repas malgache est souvent accompagné de bouillon de "anana" hachées

 

 

LA PATISSERIE MALGACHE

Le KOBA :

Gâteau enveloppé de feuilles de banane. La pâte est composée de farine de riz, de pistaches pilées, de miel ou banane.C'est un dessert typiquement malgache.

koba.jpg

 

Le MOFOGASY :

Pâte à base de farine de riz que les malgaches prennent souvent au petit déjeuner

 mofagasy.jpg

 

LES BOISSONS MALGACHES

Le RANOVOLA : eau bouillie avec le reste du riz brûlé et accroché au fond de la marmite.

 

La bière THB : la plus consommée au pays et fabriquée à Antsirabe.

 

Le rhum DJAMANDJARY : produit à Nosy Be

 

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 11:59

 

Ils ont partagé le monde, plus rien ne m'étonne !

Plus rien ne m'étonne !

Plus rien ne m'étonne !

Si tu me laisses la Tchétchénie,

Moi je te laisse l'Arménie

Si tu me laisses l'afghanistan

Moi je te laisse le Pakistan

Si tu ne quittes pas Haïti,

Moi je t'embarque pour Bangui

Si tu m'aides à bombarder l'Irak

Moi je t'arrange le Kurdistan.

Si tu me laisses l'uranium,

Moi je te laisse l'aluminium

Si tu me laisses tes gisements,

Moi je t'aide à chasser les Talibans

Si tu me donnes beaucoup de blé,

Moi je fais la guerre à tes côtés

Si tu me laisses extraire ton or,

Moi je t'aide à mettre le général dehors.

Ils ont partagé Africa, sans nous consulter

Ils s'étonnent que nous soyons désunis.

Une partie de l'empire Maldingue

Se trouva chez les Wollofs.

Une partie de l'empire Mossi,

Se trouva dans le Ghana.

Une partie de l'empire Soussou,

Se trouva dans l'empire Maldingue.

Une partie de l'empire Maldingue,

Se trouva chez les Mossi.

 Ils ont partagé Africa, sans nous consulter !

Sans nous demander !

Sans nous aviser !

Ils ont partagé le monde, plus rien ne m'étonne !

Plus rien ne m'étonne ! Plus rien ne m'étonne !

Une autre version qui témoigne de  la diversité de l'adhésion à cette pénible vérité:

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans chansons
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 19:40

Le sourire n’est pas dénué   de signification.

Au contraire, il témoigne de votre ouverture face à autrui. Plus votre sourire sera large et radieux, plus les gens que vous rencontrerez seront bien disposés envers vous. Et plus il se fera rare et discret, plus il témoignera de votre fermeture face à ces mêmes personnes. Évidemment, celles-ci ne seront pas dupes et il y a fort à parier qu’elles feront montre de la même attitude  envers vous. Ne serait-ce que pour cette seule raison, le sourire revêt une grande importance.

  Il signifierait donc autre chose?

Oui, en plus de témoigner de votre ouverture à autrui, il est le reflet de la façon dont vous vous sentez intérieurement. Il est en quelque sorte à la mesure de l’image que vous avez de vous-même.

C’est ainsi que l’individu qui a le sourire facile est généralement une personne qui a confiance en elle-même et foi en ses capacités. C' est une personne ouverte à autrui, à la vie et à toutes les bonnes choses que celle-ci est en mesure de lui offrir.

 

Mais peut-on sourire quand même lors que tout va mal?

Un être qui a vraiment de la valeur, c’est-à-dire un être qui a une excellente image de lui-même, qui a confiance en lui, est en mesure de sourire même lorsque tout semble aller mal. Car en son for intérieur, il sait bien que cela est tout à fait temporaire et que, de plus, il possède tout le potentiel nécessaire pour faire face aux nombreux problèmes et défis qui se présentent à lui, il se sait capable de résoudre les uns et de relever les autres. Et si un individu est en mesure de sourire lorsque tout va mal, il peut également le faire quand tout va bien!
Le sourire, vu sous cet angle, devient donc un indice de la force morale d’un individu: peu importent les circonstances, l' individu jouissant d' une grande force morale affiche constamment un imperturbable sourire!

 

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans reflexions
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 13:53

Au lieu de te perdre dans le regard de l'Autre, essaye de t'y retrouver.

                                                                             Burkina-Faso

 

 un site à voir:  http://www.africultures.com

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans quelque part ailleurs
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 08:50

"FAIS DU BIEN A TON CORPS ou PRENDS BIEN SOIN DE TON CORPS   POUR QUE TON ÂME AIT ENVIE D’Y RESTER"

 Proverbe indien

 

 

 

 

je voudrais en profiter pour partager avec vous des voix qui me transcendent.....

 

 

 

 

photo-Gr-20-cirque-de-la-solitude.jpg

le cirque de la solitude

 

 

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans reflexions
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 17:49

    Voici, Suzanne (voir la première photo du trombinoscope) avec une paire de nouvelles cannes anglaises et une réserve de tampons en caoutchouc pour pouvoir faire des kilomêtres en brousse! Merci Jean-François et Mimi d'avoir pensé à elle, c'est vrai que les autres étaient bien usées et trop petites pour elle (qui n'est pourtant pas bien grande!!!). et vive la ville du Mans aussi!!!!!

Chacun d'entre vous dans l'association est une goutte d'eau fraîche.....

 

Pour l'anecdote, Corsair nous a pesé la paire de cannes sur le tapis d'enregistrement: 600 gr! aïe! nous qui sommes toujours surchargés! voilà un kilo de plus... et oui 600gr= kilo supérieur,  dommage....

 

 

                               suzanne-canne-centree.JPGDSC08948-centree-JF-et-Mimi.jpg                                                         

 

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 16:33

J'aurais voulu vous annoncer que Madagascar n'avait plus besoin de nous, que grâce à des relations économiques et commerciales devenues justes et équitables entre tous les pays l'ïle allait se redresser à son rythme et pouvoir offrir à sa population une vie digne mais hélas non... rien n'a changé!  Après 1 mois sans aucune information sur le monde je me suis précipitée sur les journaux de toutes sortes... mais en lisant ou écoutant je me suis demandée si je ne devenais pas folle... je dis à tous que je suis partie 1 mois mais est ce vrai? n'ai je pas révé?  ici rien n'a changé, on parle toujours de la même chose comme hier .....le 12 mars? Le monde s'est il endormi depuis que nous sommes parties? comme pour attendre notre retour....desfois qu'on raterait quelque chose!!!

 

Hélas non on n'a rien raté!

 

Nous revenons avec dans nos valises de nouveaux projets essentiellement sur l'accès à l'eau potable des populations. Alors pas de repos pour les amis de l'association, il faut trouver les fonds nécessaires pour que cette eau coule bientôt au creux des mains de ceux qui nous accueillent toujours avec chaleur et générosité. Relevons nos manches, le soleil est revenu, au travail.....

 bulle-d-eau.jpg

 

 

Infime goutte bleue tu es devenue plus précieuse que l’or la myrte et l’encens pour l’humanité

Dame nature parfois des milliards en offre parfois très cruelle en prive des milliards de destins

 

Ailleurs en trop de contrées stériles mille peuples accablés pleurent sa rareté

Un ciel cruel sec et poussiéreux y assoiffe la vie maintenant misérable

 

Au Nord l’eau transparent coule joyeuse dans nos vies en quotidiens plaisirs

Là-bas sa présence n’a plus que la triste couleur d’une terre profonde et sombre

 

Au bec de nos robinets l’eau claire caresse nos corps lave nos saletés

Ailleurs au Sud elle ne se recueille plus qu’en écuelles souillées au bout d'efforts épuisants

 

Oui une simple goutte d’une eau limpide est fraîche est dans nos vie d’ici du bonheur

Pour d’autres pour leurs enfants parents familles troupeaux cultures cette même goutte est survie

Par Marc de Metz (écrit en 2009)

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans en France
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 18:02

 

Souple et  varié le bénévolat pourquoi pas ?

Tout d’abord se poser les bonnes questions…..

 

Combien de temps ?

De quelques heures par semaine, tout au long de l’année, à un week-end de mobilisation, en passant par 15 jours pendant les vacances, les formes d’engagement sont multiples.

 

De quelle façon ?

De préférence sur le terrain ou plutôt derrière un bureau, en participant à des manifestations ponctuelles, exceptionnelles ou bien régulièrement afin de mener jusqu’au bout un projet….

 

Dans quel domaine ?

Quels sont les domaines qui vous intéressent, les causes qui vous motivent, sans forcément vous restreindre à ce que vous savez déjà faire car les associations peuvent aussi vous proposer des formations pour assurer une mission dans les meilleures conditions.

 

L’idée que le bénévolat est totalement désintéressé est une idée fausse. C’est un facteur de reconnaissance, de socialisation important, il permet d’acquérir des compétences, ce peut être un moyen de sortir de la déprime, de la solitude, il donne l’estime de soi, toutes ces conséquences  concourent à procurer du plaisir et apportent l’épanouissement personnel.

 

Il ne reste plus qu’à franchir le pas…….



 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans reflexions
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 08:37

Charte du don du livre. Par Catherine Cyrot

Le don de livres : un geste ambigu

 

Envoyer des livres dans les pays du Sud est un acte lourd de sens. Préparé, réfléchi, ce peut être un élément d’un dialogue culturel entre les peuples. A défaut, ces dons peuvent mettre à mal le secteur de l’édition des pays du Sud. Quant aux dons de livres scolaires, ils peuvent aller à l’encontre de la pédagogie des enseignants. Une chartre du don du livre a été rédigée, ce qui fait figure de code de bonne conduite en la matière.

 

CULTURE ET DÉVELOPPEMENT

 

" Gaspillage au Nord, pénurie au Sud"

Face à ce constat, donner du surplus pour combler le manque de livres paraît une initiative louable. Mais alors que font aujourd’hui en Afrique ces ouvrages scolaires entassés dans une cour au soleil, ou revendus par les " librairies par terre ". En raison de ces dysfonctionnements le don de livres n’est pas perçu par de nombreux partenaires comme une initiative crédible pour pallier le déficit de l’écrit au Sud. Dans ce secteur où cohabitent quelques structures organisées autour de la collecte et d’envois en nombre et un grand nombre d’initiatives ponctuelles, les questions sont récurrentes. Le constat de Francisco d’Almeida reste d’actualité :

 

" Les collectivités locales et la majorité des associations, souvent prisonnières d’une vision caritative ne perçoivent pas suffisamment l’exigence de la qualité et les conséquences économiques de leurs actions "

 

Un acte qui n’est pas neutre

L’envoi de livres au Sud n’est pas neutre, il participe à la construction d’identités culturelles. Quel sens les représentations du monde auxquelles ils renvoient ont-ils pour leurs lecteurs au Sud ? Faire une part significative aux écrivains du Sud dans ces envois participe à leur construction ; Combien dans les envois groupés y a t’il d’écrivains africains édités en France et introuvables en dehors des capitales du Sud ? Et que dire de la pénurie des écrits en langues locales, alors que leur développement est pour eux un enjeu culturel majeur ? Faire des envois d’ouvrages pour soutenir l’exportation du livre français sans se soucier de leur impact sur les populations qui les reçoivent est un travers qui ne sera jamais dénoncé avec assez de vigueur.

 

Une concurrence aux éditeurs locaux

Comment régler le problème de l’adéquation entre l’offre et la demande ? Envoyer des livres c’est d’abord se connaître, échanger d’une culture à l’autre. D’ou l’importance de ces réseaux qui associent les professionnels du Nord et du Sud. Ils sélectionnent ensemble les livres à partir de catalogues d’éditeurs souvent introuvables au Sud, animent des manifestations autour du livre qui donnent le goût de lire, organisent le circuit du livre, assurent la réception de ces envois et leur suivi. C’est le sens des actions ponctuelles de multiples associations pour qui la dotation en livres est un des volets d’un dialogue culturel plus large.

 

" Sinon ce que vous ferez sans nous, sera comme un vêtement que vous n’aurez pas confectionné sur mesure pour nous. Le résultat sera que vous aurez perdu l’étoffe, sans que nous, nous soyons habillés " (Hamadou Hampâté Bâ).

 

Un des points sensibles de cette problématique est la concurrence faite au secteur économique de l’édition et des libraires. L’édition locale qui se trouve de fait dans un contexte très défavorable est fortement concurrencée par l’arrivée de livres, en particulier scolaires réalisés au Nord. Or il est peu réaliste d’envisager le développement d’une édition locale sans que celle ci soit tirée par l’édition scolaire qui représente son marché le plus porteur. De plus l’envoi de livres scolaires en Afrique ne correspond pas, le plus souvent, aux programmes et à la démarche pédagogique des enseignants. Il habitue les scolaires à des ouvrages au delà des normes d’édition que l’Afrique peut mettre en œuvre.

 

C’est pourquoi une des recommandations importantes des rencontres de Baltimore reprise dans la charte du don du livre concerne l’achat de livres aux libraires locaux, solution la plus porteuse à long terme pour le développement du livre en Afrique.

 

Les collectivités locales et en particulier les comités de jumelage, acteurs majeurs de la dotation en livres sont un public à sensibiliser en priorité à ces évolutions. Engager ces municipalités à développer des actions globales représente un enjeu important. Elles incluent l’appui à l’équipement de bibliothèques, des formations professionnelles en liaison avec les bibliothécaires territoriaux. Des activités d’animation autour du livre peuvent être menées dans le cadre des échanges culturels entre villes jumelées. Une 2ème cible importante est celle des associations de migrants qui se heurtent à de grandes difficultés logistiques, mais sont souvent mieux à même d’établir un pont entre leur culture et la nôtre. Leur émergence forte dans le secteur de la solidarité internationale en fait des partenaires incontournables dans cette approche interculturelle de la dotation en livres.

 

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) bouleversent le paysage de l’accès à la culture. La délocalisation qu’elles entraînent permettent aux pays du Sud de redéfinir une politique culturelle élargie au multimédia ouverte au monde extérieur. Mais ne nous y trompons pas, on retrouve dans la production de contenus multimédias les mêmes inégalités que dans l’édition traditionnelle. Si rien n’est fait pour lutter contre la " fracture numérique ", le Sud va recevoir des références culturelles élaborées au Nord et sa présence sur les réseaux numériques va rester marginale.

 

 Les nouvelles technologies

Les TIC permettent aussi d’échanger, le développement des télécentres, des cybercafés au Sud traduit une volonté d’échanges au delà des frontières, avec la famille de la diaspora, mais aussi les amis du nord engagés dans une démarche de partenariat. Un public souvent jeune n’hésite pas à traverser toute la ville pour accéder à sa messagerie, surfer sur le Web. Utiliser ces nouveaux outils est une opportunité à saisir pour des échanges plus souples et plus immédiats.

 

En conclusion, la réflexion menée par Culture et développement pour l’adoption d’une charte du don du livre signée par de nombreux partenaires est une avancée significative pour des solidarités plus efficaces et plus respectueuses de nos partenaires au Sud.

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans reflexions
commenter cet article