Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 06:38
Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 05:58

Stands de jeux, de beignets, de brochettes, de patisseries, podium avec des chanteurs populaires, c'est la fête ce week-end à Antsirabe!!!

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 04:59

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 07:23
Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 00:20

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 19:15

Je suis arrivé le 30 septembre à l'aéroport d'Ivato à 5h, où j'ai été accueilli par Joëlle Huguin, présidente de l'association Mamonjy Madagascar et infirmière référente de mon stage. Nous avons été rejoints un peu plus tard dans la journée par Nadine Clesse, bénévole de l'association.

Nous sommes restés 24h sur la capitale, Tananarive, avant de rejoindre Ankazomiriotra, village de brousse, où se trouve le dispensaire.

Les habitants d'Ankazomiriotra m'ont très bien accueilli. Leurs sourires ne me laissaient pas imaginer une telle précarité et une telle pauvreté pour eux au quotidien.

Je suis hébergé chez un malgache, Wilfrid, où vivent également sa femme, son bébé de quatre mois, ainsi que ses frères et soeurs, eux mêmes mariés et parents.

DSC01203COMP.jpg


Il n'y a pas d'électricité, d'eau ni de wc. L'absence d'eau est d'ailleurs la principale difficulté pour les habitants du village. Celà fait d'ailleurs dix jours qu'il n'y a plus une goutte d'eau aux bornes fontaines publiques.

L'association se mobilise activement pour trouver une solution à ce problème majeur, pour permettre à la population d'accéder à l'eau, en quantité suffisante.

J'ai été frappé également par l'absence d'élimination des déchets, pas seulement à Ankazomiriotra mais également à Antsirabe, qui est pourtant la deuxième ville du pays.

Nous nous y sommes rendu pour accompagner à l'hôpital deux jeunes mères ayant d'importants problèmes de santé. Devant l'hôpital, de l'autre côté de la route, se trouve une décharge à ciel ouvert où l'on y trouve tubulures, aiguilles, poches de perfusions etc.... Au dispensaire, les DASRI (Déchets d'Activités de Soins à Risques Infectieux), sont enterrés tout autour du batiment, où passent malheureusement de nombreux enfants.

CIMG0619comp.jpg


Au dispensaire, ou plus précisément au "centre de santé de base 2" (CSB2) d'Ankazomiriotra se trouvent deux médecins et une sage femme. De plus, j'ai la chance d'être en présence de trois étudiants malgaches : deux étudiantes sages femmes et un étudiant infirmier en deuxième année. Nous avons donc l'opportunité d'échanger sur notre vécu, de partager nos expériences respectives.

Mes journées sont bien remplies au CSB2. Je participe notamment : - aux consultations pré-natales, - à la planification familiale (qui correspond aux moyens de contraception mis en place), - aux vaccinations des enfants, - à la réalisation de pansements, - à l'IEC (Information Education Communication) pour les mères de familles afin de transmettre des conseils servant à prévenir diverses maladies, comme la peste par exemple sachant qu'il y a eu plusieurs cas avérés depuis le début de l'année.

Depuis une semaine, j'effectue également des gardes de nuit au csb2. J'ai eu notamment l'occasion de participer à un accouchement. Celà a été un moment très fort qui restera gravé dans ma mémoire. De plus, le père du petit garçon m'a demandé mon prénom, afin de pouvoir le donner à son fils... Celà m'a vraiment touché !

DSC01320COMP.jpg


Ce stage correspond vraiment à mes attentes. Je suis au quotidien avec des personnes d'une culture différente, avec de grandes difficultés pour accéder aux soins, pour se nourrir, se laver, s'habiller, se loger..

Ce stage sera assurément très positif et constructif pour mon avenir professionnel, mais également dans ma vie de tous les jours.

Avoir vécu ces conditions de vie en laissant tout ce confort occidental.. J'ai reçu une réelle leçon d'humanité. Il sera également bénéfique dans la réalisation de mon mémoire, portant sur le problème de la différence culturelle dans la réalisation des soins.

Je vis actuellement une expérience unique. Difficile certes, mais tellement belle...

DSC01350comp.jpg


Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 13:13
Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 13:59

 

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 13:22

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 19:13

«Nos enfants sont motivés mais lorsqu’on ne mange qu’une fois par jour, l’école est loin d’être une priorité », selon une mère de famille sans emploi.

C’est l’un des constats tirés lors du séminaire sur l’évaluation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) organisé récemment à Anosy par le mouvement ATD quart monde Madagascar avec la Banque mondiale. La déclaration de la mère de famille citée plus haut montre à quel point les ménages les plus défavorisés voient leurs droits fondamentaux non respectés. Il s’agit du droit à l’alimentation et à la scolarisation, au logement, l’eau potable, la santé.


Concernant le logement, il n’est pas rare de voir des familles expulsées après plus de 3 mois de loyers non payés. Le loyer en question ne dépasse pas les 30 000 Ar par mois (environ 12€). Mais avec la dégringolade du revenu, un tel  loyer est  très élevé pour les familles défavorisées. En effet, la moitié des travailleurs ne perçoit plus que 50 000 Ar (environ 20€) par mois.

Ainsi, elles sont de plus en plus nombreuses les familles qui ne mangent plus qu’une ou deux fois par jour. Il ne leur est pas possible de s’adresser à des proches pour demander du secours, étant donné que la pauvreté gagne rapidement du terrain.

ATD quart monde précise :

 « A cause des difficultés de la vie quotidienne, de la survie au jour le jour, les enfants et les jeunes ne peuvent pas achever leur formation, quand ils y accèdent, une minorité d’enfants passe au secondaire (22,7%) et encore moins parviennent au niveau du lycée (6,3%).

Les familles les plus défavorisées n’ont aucune protection sociale, ce qui peut entraîner la mort par manque de soins ou de médicaments. De nombreux enfants ne sont pas déclarés à la naissance, à cause des difficultés de procédure, de nombreux adultes n’ont pas de carte d’identité nationale et ne sont pas déclarés au fokontany ce qui les empêche d’être des citoyens à part entière ».
Bref, la misère affecte plusieurs facettes de la vie des personnes concernées.
 Notons que le pays ne dispose pas d’une politique de protection sociale, alors que même en période hors crise, la pauvreté n’a jamais reculé d’une manière significative. De 68,5% en 2005, elle a touché 77% des Malagasy en 2010. Selon des économistes malagasy, elle risque d’affecter plus de 82% de la population cette année.

http://www.lagazette-dgi.com/index.php? ... &Itemid=58

Repost 0
Published by Mamonjy Madagascar - dans à Madagascar
commenter cet article